Gabon : un ancien ministre d’Ali Bongo, accusé de corruption, est emprisonné

Magloire Ngambia, ex-conseiller du président, est soupçonné de « corruption ». D’autres arrestations laissent entrevoir un début de purge.

Le président Ali Bongo Ondimba a pris les rênes du pays à la mort en 2009 de son père Omar, au pouvoir depuis 1967. CRÉDITS : REUTERS/LUC GNAGO

C’est une première au Gabon. Un ancien ministre et proche du président Ali Bongo Ondimba a été emprisonné pour « corruption » présumée et « détournement de deniers publics ». Il lui est reproché d’avoir détourné 500 milliards de francs CFA (762 millions d’euros) d’après le site d’information proche de l’opposition Gabonreview. Passé par le siège de ministre de l’économie, du Commerce, de l’industrie et du tourisme et de ministre de la promotion des investissements, des transports, des travaux publics, de l’habitat, du tourisme et de l’aménagement du territoire, Magloire Ngambia, 45 ans, avait quitté en septembre 2015 le gouvernement, après six ans de présence, pour devenir conseiller spécial à la présidence.

Magloire Ngambia a été placé, mardi 10 janvier, sous mandat de dépôt à la prison centrale de Libreville, située dans le quartier Gros-Bouquet, le premier arrondissement de la capitale Libreville.

La nouvelle de l’incarcération est intervenue au lendemain de la disgrâce d’Etienne Dieudonné Ngoubou au poste stratégique de ministre du pétrole et des hydrocarbures depuis 2012. Il a été remplacé par Pascal Houangni Ambourouet. Après avoir été entendu par les services de la Direction générale des recherches (DGR), dans le cadre d’une enquête sur la gestion de l’argent public destiné aux travaux hydrauliques, Etienne Dieudonné Ngoubou est incarcéré depuis la soirée de jeudi à la prison centrale de Libreville.

Opération de communication

Dans un décret rendu public lundi en fin de soirée, M. Bongo a également nommé un ministre délégué auprès du ministre du budget, chargé du budget et du financement des pensions, Edgar Anicet Mboumbou Miyakou. Le décret ne précise pas les raisons de ce mini-remaniement ministériel mais, comme les autres pays producteurs de pétrole, le Gabon (environ 220 000 barils/jour) a subi de plein fouet la chute des cours du brut qui a entraîné une baisse des ressources de l’Etat et des séries de licenciements dans le secteur.

La presse a également fait état en début de semaine de l’incarcération de Blaise Wada, ancien responsable de projets hydrauliques à Libreville et des gardes à vue d’une dizaine de cadres des services postaux dans le cadre d’une enquête sur la gestion de l’entreprise publique, en grande difficulté.

Lire aussi :   L’économie gabonaise traverse une zone de fortes turbulences

Les opposants appellent à la prudence face à ce qu’ils jugent comme une opération de communication. Dans un post publié mercredi sur Facebook, l’opposant et porte-parole de l’Union nationale, François Ondo Edou, dénonce un « film conçu réalisé et mis en scène par Ali Bongo ». Et de préciser sa pensée : « Le Gabon sera soumis dans les prochaines semaines à un plan d’ajustement structurel qui exigera une diminution drastique des salaires des Gabonais. Il faut, par tous les moyens, préparer le peuple à avaler cette pilule très amère. »

Des mesures d’austérité prévues alors que le Gabon, victime de la chute des cours du pétrole, va bénéficier d’un prêt de 130 milliards de francs CFA (200 millions d’euros) de la Banque africaine de développement (BAD) pour relancer sa croissance et diversifier son économie de rente pétrolière.

Cette opération, qui ressemble à un début de purge, intervient alors que le Gabon s’apprête à accueillir samedi la Coupe d’Afrique des nations de football (CAN) dans un climat tendu. L’opposant Jean Ping se proclame toujours le « président élu » depuis le scrutin d’août 2016, refusant de reconnaître la victoire d’Ali Bongo. Une partie de la société civile appelle au boycottage pacifique de la CAN 2017.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/01/12/gabon-un-ancien-ministre-d-ali-bongo-accuse-de-corruption-est-emprisonne_5061772_3212.html#2FoGbTlV4e3ihkYg.99

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *