Logements sociaux de Tabacoro : LE MINISTRE BATHILY FAIT LE POINT DE L’EVOLUTION DES TRAVAUX

Certains chantiers sont totalement à l’arrêt, tandis que d’autres ont du mal à  s’achever

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Affaires foncières, Me Mohamed Ali Bathily s’est rendu vendredi dernier, sur le chantier des logements sociaux de Bamako à Tabacoro pour apprécier l’évolution des travaux de génie civil de ces habitations sociales. Il tenait également à s’imprégner des problèmes évoqués au cours de sa rencontre avec les services techniques de l’Urbanisme et de l‘Office malien de l’habitat ainsi que les promoteurs.

Pour la circonstance, le ministre était accompagné d’une forte délégation comprenant, le directeur général de l’Office malien de l’habitat (OMH), Ousmane I Maïga, des agents des services techniques de son département et de nombres d’acteurs impliqués dans la réalisation de ces logements sociaux.

Selon le chef de la section contrôle technique de l’OMH, Adama Amion Guindo, il est prévu de construire 11.000 logements sociaux de différents types « (F3A, F3B, F4 et F5) sur 36 sites. Ce travail a été confié à 36 entreprises.

Il ressort des constats sur le terrain que 3 049 logements sont déjà terminés voire réceptionnés et attendent simplement les travaux de viabilisation. Par contre, d’autres chantiers sont à l’arrêt ou sont exécutés à 30%, seulement.

« Cette visite confirme les problèmes que j’ai soupçonnés. Certains chantiers sont totalement à l’arrêt tandis que d’autres ont du mal à se terminer. Les travaux de voirie, les routes, l’électrification ne sont pas encore faits », a déclaré Mohamed Ali Bathily.

Pailleurs, il s’est exprimé sur l’occupation illicite des sites par certains particuliers. « La première école que nous avons visitée est un espace dédié à l’équipement public certes, mais il a été construit de façon illégale. Sur la question, le ministre, sans prendre des gants, incrimine un ancien collègue du gouvernement qui avait en charge l’Habitat.

« Il ne devrait pas le faire. Nous allons traiter cette question comme elle le mérite », a relevé le ministre  Bathily avant de préciser « qu’il va falloir que nous parlions un seul langage dans notre pays, celui de l’expropriation pour cause d’utilité publique ».

« Le domaine public de l’Etat est incessible, inaliénable et imprescriptible », a insisté le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme pour qui, la loi est faite pour être respectée »

Toujours dans le cadre de l’occupation anarchique du domaine public, le visiteur du  jour a été on ne peut plus clair.  « On ne doit pas construire sur une servitude encore moins dans le lit d’une rivière », a martelé le ministre.

« Si on applique la loi, on ne les laissera pas construire.  S’ils construisent, on doit démolir. On ne va pas les laisser faire courir des risques à toute la communauté pour des besoins personnels » a-t-il souligné.

En outre, le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Affaires foncières  a remercié les entreprises pour la qualité des travaux avant de les inviter à penser à la protection de l’environnement. Pour lui, il faut éviter de couper des arbres qui mettent des années à pousser.

Enfin, s’exprimant enfin l’attribution de certains logements terminés, le ministre Bathily a expliqué que la distribution se fera après que toutes les conditions soient réunies.

Il convient de préciser que les logements de type F3A avec des toits en dalle, comprennent deux chambres, un salon, deux terrasses couvertes et une toilette intérieure.

Tandis que les logements de type F3B comprennent deux chambres, un salon, un magasin intérieur, une terrasse couverte et une toilette externe moderne.

Les logements de type F4 dalle offrent plus de commodités. Ils comptent trois chambres, un salon, deux toilettes intérieures, deux terrasses couvertes et un couloir.

Quant aux logements de type F5 duplex, ils comprennent au rez-de-chaussée, trois chambres, un salon, une cuisine extérieure, deux toilettes intérieures, deux terrasses couvertes, un magasin, un couloir, entre autres. A l’étage également se trouvent trois chambres, une cuisine interne moderne, deux terrasses couvertes et un couloir.

Seydou TANGARA

Source : L’Essor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *