Retour volontaire de Lybie : 144 migrants foulent le sol malien

Hier, jeudi 24 août 2017, 144 migrants en provenance de la Lybie ont été accueillis à leur descente d’avion par le chef de cabinet du ministère des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine à l’aéroport internationale Modibo Keïta. 

C’est aux environs de 17 Heures 50mn que les 144 migrants maliens en provenance de la Lybie ont foulé le sol malien. A leur descente d’avion, ils ont été conduits au Centre d’accueil de la Protection Civile sis à Sogoninko pour des formalités d’usage. Ils ont reçu une dose de vaccin contre la fièvre jaune et des repas.

« C’est 144 migrants sont des candidats  au retour volontaire. Aujourd’hui,  nous avons entre 9000 à 10000 maliens qui sont en Lybie. Selon les statistiques que nous avons 5000 vivent à Tripoli. La majorité est dispersée à l’intérieure de ce pays. Grâce au partenariat avec l’Organisation Internationale de la Migration (OIM), on parvient à détecter les migrants qui sont en situation difficile », affirme, Moussa Alou Koné, chef de cabinet du ministère des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine. Il a assuré que toutes les dispositions sont prises  pour accompagner les migrants dans leur famille respective ainsi que leur réinsertion socioprofessionnelle.

Après avoir salué les autorités maliennes pour leur engagement dans la facilitation du retour des 144 migrants, le représentant de l’OIM au Mali, Bakary Doumbia, de conseiller les jeunes d’emprunter les voies légales de la migration. Et d’ajouter que « certes, la migration est très importante, elle a beaucoup d’avantages, mais la migration irrégulière a beaucoup d’inconvénients et expose non seulement les migrants mais aussi leur famille et  leur pays d’origine ».

Les candidats au retour volontaire ont confiés les difficultés et les traitements inhumains qu’ils ont subi sur le sol libyen avant leur rapatriement.

Soukouna Fodé, un migrant : « Je suis heureux de regagner mon pays d’origine. J’ai fait 7 mois en prison dans les mains des milices. On avait seulement droit à une tartine dans la journée…  ».

Un autre du nom d’Ibrahim Konaté a également évoqué les difficultés qu’il a rencontrées au cours de son séjour.  « Ce qu’on a vaincu en Lybie est abominable. J’ai fait un mois en prison, on avait à peine à manger. Vraiment je n’encourage personne d’aller en Lybie  ».

Karim, âgé de 25 ans : « J’étais en Lybie depuis 2015. Nous avons été cueillis par les milices au moment où nous nous apprêtions pour la traversée de la Méditerranée. Nous étions une cinquantaine en prison. Il a fallu l’intervention de l’ambassadeur et l’OIM que nous saluons ici pour nous avoir sauvées la vie. La Lybie, c’est de l’enfer ».

Le constat est que  la plupart des jeunes rapatriés étaient en entente sur le territoire libyen pour regagner l’Europe. Ils sont la cible des milices qui les maltraitent en vue de les extorquer de l’argent.

Zié Mamadou Koné, Mamadou Tapily

(stagiaires)

Source: L’indicateur du Renouveau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *