Visite du ministre chinois des Affaires étrangères au Mali : UNE COOPÉRATION EN PROGRES CONSTANT

La Chine constitue un partenaire historique et stratégique du Mali. De l’Indépendance à nos jours, la coopération sino-malienne compte à son actif des réalisations presque tous les domaines de développement

Le ministre des Affaires étrangères de la République populaire de Chine, Wang Yi, était hier chez nous pour une visite qui s’inscrivait dans la mise en œuvre des résultats du Sommet de Johannesburg du Forum sur la coopération sino-africaine tenu en décembre 2015. Au cours de son séjour, il a été reçu en audience par le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga (voir l’article de Massa Sidibé dans cette même page). Auparavant, une séance de travail a réuni les délégations chinoise et malienne sous la coprésidence des deux ministres des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop et Wang Yi.

C’était en présence du ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré, du ministre de l’Energie et de l’Eau, Malick Alhousseini et celui du Développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim. Les deux parties ont discuté des sujets d’intérêt commun et des projets prioritaires soumis par le Mali au gouvernement chinois dans le cadre de la mise en œuvre des résultats du Sommet de Johannesburg. La présente visite du ministre chinois des Affaires étrangères au Mali s’ajoute à la liste des échanges de délégations de haut niveau qui se sont multipliés ces derniers temps.

On peut citer, entre autres, la visite de travail du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita à Tianjin en septembre 2014, sa participation au Sommet de Johannesburg du Forum sur la coopération sino-africaine, tenu le 4 et 5 décembre 2015 en marge duquel il a eu des entretiens bilatéraux avec Xi Jinping, président de la République populaire de Chine. Il y a également la visite du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale Abdoulaye Diop en juillet-août 2016 à Beijing dans le cadre de la réunion des coordinateurs de la mise œuvre des résultats du Sommet de Johannesburg.

Il convient de rappeler que la Chine constitue un partenaire historique et stratégique du Mali. De l’indépendance à nos jours, la coopération sino-malienne compte à son actif la réalisation de nombreux projets de développement dans les domaines les plus variés : agriculture, hydraulique, infrastructures, travaux publics, industrie, transports, éducation, santé, etc. Parmi les réalisations les plus récentes, on peut citer la construction du 3ème pont de Bamako, la construction de l’autoroute Bamako-Ségou (phase 1), la construction de dix maisons de la Femme et de l’Enfant, la construction du campus universitaire de Kabala, la construction de l’hôpital du Mali, la réhabilitation en cours du CICB et l’appui logistique considérable (20 véhicules limousines offerts par la Chine) lors du 27ème Sommet Afrique-France, tenu à Bamako, les 13 et 14 janvier dernier. A la fin de la séance de travail, le chef de la diplomatie chinoise a déclaré qu’il était venu au Mali pour émettre un signal clair.

«La Chine soutient fermement les efforts du Mali pour préserver son indépendance, l’intégralité de son territoire national, pour promouvoir la paix et la réconciliation nationale et pour lutter efficacement contre le terrorisme», a-t-il indiqué. Wang Yi a dit qu’il était aussi venu voir les diplomates, techniciens et casques bleus de son pays qui font partie de ceux qui ont consenti des sacrifices pour le Mali. Il a ajouté que son pays continuera à renforcer sa coopération avec le Mali dans les domaines de l’agriculture, de l’hydraulique et du développement industriel.

Le ministre chinois a également ajouté que la coopération sino-malienne est une coopération sud-sud. «C’est un soutien mutuel entre pays et gouvernements. Nous n’avons jamais imposé quoi que ce soit au Mali», a-t-il précisé. De son côté, le ministre Abdoulaye Diop a noté que les échanges portaient sur la réforme du mandat du conseil de sécurité du Mali. Il a aussi rappelé que les chefs d’Etat africains se sont réunis en Afrique du Sud en 2016 pour réclamer 2 postes permanents pour le continent africain au sein du Conseil de sécurité de l’ONU. «Le Mali soutient cette position des dirigeants africains. Nous comptons travailler avec nos amis chinois et d’autres partenaires pour faire aboutir ce projet qui n’a que trop durer», a-t-il dit.

Adama DIARRA

Source : L’Essor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *